Cette technique a démontré son efficacité ces 20 dernières années et a été développée dans les années 90 par le vétérinaire américain Barclay Slocum. La TPLO est une des méthodes chirurgicales les plus pratiquées dans le monde par les vétérinaires spécialisés en chirurgie.

Que signifie l’abréviation « T.P.L.O. » ?

Tibial Plateau Leveling Osteotomy. Ou encore en français : Ostéotomie de Nivellement du Plateau Tibial.

Il s’agit donc d’une ostéotomie (section chirurgicale d’un os) dont le but est de modifier l’inclinaison du plateau tibial, zone articulaire du tibia sur laquelle vient s’appuyer le fémur lors de l’appui au sol. La coupe réalisée est ensuite stabilisée par des implants afin de permettre la cicatrisation osseuse.

Son objectif est de neutraliser la « poussée tibiale craniale » qui a lieu dans l’articulation du genou d’un chien en cas de rupture du ligament croisé antérieur. En modifiant l’anatomie fonctionnelle du genou, la TPLO permet à cette articulation de se passer définitivement de ce ligament rompu et de retrouver sa stabilité lors de l’appui.

Même si cette technique peut être réalisée sur des chiens de toutes tailles, elle est particulièrement indiquée à partir d’un certain poids (grandes races et races géantes). Dans la grande majorité des cas, les résultats sont bons à excellents et sur le long terme, les chiens opérés ne présentent plus aucune boiterie ou de rares épisodes.

Quelles complications ?

Des complications mineures peuvent être rencontrées dans 5 à 10% des cas. Elles sont peu fréquentes et concernent surtout la cicatrisation cutanée.

Les complications majeures sont plus rares mais plus complexes à traiter et seraient rencontrées dans 2 à 4 % des cas. Parmi celles-ci, l’arthrite septique (infection articulaire), l’ostéomyélite, la rupture des implants et la fracture du tibia.

Pour limiter au maximum l’apparition de ces complications, il est essentiel de respecter précisément les consignes post-opératoires données par le chirurgien.

Un repos de 6 à 8 semaines (en cage ou en parc dans l’idéal) est généralement nécessaire. Durant cette période, les sorties sont à réaliser en laisse et uniquement pour les besoins de l’animal.

Quelles sont les autres techniques pour traiter la rupture du ligament croisé antérieur chez le chien ? 

Une autre technique d’ostéotomie tibiale (« TTA » pour « Tibial Tuberosity Advancement » ou « Avancement de la Tubérosité Tibiale ») consiste à modifier l’alignement du tendon rotulien par rapport au plateau tibial pour permettre une stabilisation fonctionnelle de l’articulation du genou. Cette méthode est généralement proposée selon la préférence du chirurgien ou la conformation anatomique du plateau tibial de l’animal.

Les autres alternatives sont les techniques de stabilisation par mise en place d’une prothèse ligamentaire biologique ou synthétique, à l’intérieur ou à l’extérieur (« prothèse extra-capsulaire ») de l’articulation. Le résultat obtenu par ces techniques est plus inconstant, particulièrement chez les chiens d’un poids supérieur à 15-20 kg.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s