Bénévolat au milieu des Paresseux du Costa Rica, ça vous tente?

Le Costa Rica est un pays incroyable, particulièrement en terme de biodiversité. Formant un couloir biologique entre l’Amérique du Nord et l’Amérique du Sud, ce pays de 5 millions d’habitants permet la rencontre entre les faunes des deux sous-continents. J’ai eu la chance d’y passer quelques jours (pour un résumé en 2 minutes, file voir la vidéo en fin d’article)…

IMG_3273.JPG

Tortuguero

Jaguars, Coatis (proches cousins des ratons laveurs) et Ocelots venus du nord cohabitent donc avec singes et paresseux venus du sud. Et ce ne sont que de maigres exemples. Amateurs de faune sauvage, attachez vous! Environ 5% de la biodiversité mondiale se retrouve dans ce petit pays d’une superficie à peine plus grande que la Belgique.

img_3608.jpgIMG_3983IMG_4703IMG_3576Bordé par l’Océan Pacifique et la Mer des Caraïbes, ce paradis vert traversé de volcans, de forets tropicales et de rivières est devenu une des premières destinations du tourisme responsable. Ce pays sans armée depuis plus de 60 ans aurait ré-investi le budget de la défense nationale dans l’éducation, la santé et l’environnement. Le gouvernement semble investir dans les énergies renouvelables et s’est même lancé le défi d’être pour 2021 la première nation neutre en carbone.

Même si tout n’est pas toujours rose pour tout le monde au Costa Rica et que les revenus restent parfois assez inégaux au sein de la population, les « Ticos » ont été en 2016 (et pour la 3ème fois) numéro 1 au Happy Planet Index.

Bref, je crois qu’on est carrément heureux au Costa Rica.

Jaguar Rescue Center
La plupart des richesses naturelles du pays sont donc protégées mais une partie non négligeable reste menacée. De nombreux acteurs y luttent pour la préservation de l’habitat de la faune sauvage et contre la déforestation. Des sanctuaires pour animaux malades ou blessés existent aux 4 coins du pays.

Le Jaguar Rescue Center (JRC) est l’un d’entre eux. Fondé il y a presque 10 ans par la biologiste espagnole Encar Garcia, le refuge situé sur la côte caraïbe (à quelques kilomètres de Puerto Viejo) a jusqu’ici pris en charge 1200 animaux et relâché avec succès plus de 40% d’entre eux dans leur habitat primitif.

Au beau milieu des oiseaux, reptiles, mammifères et amphibiens qui s’y croisent parmi les volontaires du centre, j’ai rencontré Laure Mussier, jeune bénévole française tombée amoureuse d’une espèce assez particulière…

Laure et paresseux 2Depuis combien de temps es-tu bénévole au Jaguar Rescue Center ?
Cela va faire 4 mois. Au départ, j’étais censée rester quelques semaines mais j’ai choisi de prolonger cette expérience inouïe. J’apprends des choses merveilleuses tous les jours et je ne pouvais pas quitter les paresseux si rapidement !

Comment es-tu arrivée ici ?
Il y a quelques années, j’ai vu un reportage sur le JRC. Je m’étais dit à l’époque que si un jour j’avais l’occasion de faire du volontariat, ce serait formidable de pouvoir le faire ici. Lorsque j’ai décidé de faire un long périple autour du monde, je me suis dit que si j’avais du temps pour moi pour voyager, je devais forcément pouvoir en consacrer à une fondation. Je ressentais ce besoin de donner de ma personne pour aider une association. Je me suis dirigée vers un centre d’aide aux animaux, ce qui correspondait bien à mes convictions et à la cause animale que je défends.

En quoi consiste ton travail au sein du refuge ?
Je suis arrivée quelques semaines avant que la responsable des paresseux parte vers d’autres horizons. Sans m’y attendre, j’ai tout de suite senti une belle connexion avec ces animaux particuliers et j’ai donc pris progressivement sa place en apprenant petit à petit à décrypter leurs besoins et leur fonctionnement. A côté de ça, le centre n’ayant pas de guide francophone, j’ai pu également combiner cette activité à celle de guide pour les visiteurs.

A quoi ressemblent tes journées ?
Ma journée débute à 7h30. Tous les volontaires nettoient les enclos. En ce qui me concerne, je m’occupe des 2 emplacements des paresseux. Le premier s’appelle le « Sloth Garden » (« Jardin des Paresseux »), que 8 paresseux partagent notamment avec Pistachio le pélican, Tammi le fourmilier, Flore l’oppossum… Ils vivent dans une belle harmonie.
L’autre enclos reçoit les paresseux blessés qui sont en observation ainsi que deux mamans et leurs bébés.

bébé paresseux 2Je me charge ensuite d’aller ramasser les feuilles dans la jungle qui nous entoure pour nourrir toute la compagnie. En fin de matinée j’accompagne certains visiteurs dans le centre. L’après-midi j’ai parfois des tours privés pour des plus petits groupes (un couple, une famille…) qui souhaitent avoir plus d’informations sur certains animaux et voir un peu plus précisément comment nous fonctionnons. Si il me reste du temps libre, j’aide d’autres bénévoles et je retrouve mes paresseux.

Quel est ton moment préféré de la journée?
Nourrir les paresseux. C’est un instant privilégié que j’ai avec eux. Ils ont chacun leur personnalité. Certains se montrent très voraces quand d’autres sont assez timides ou plus autonomes. Je me sens vraiment en intimité avec eux et je réalise que c’est une chance incroyable.

J’aime aussi beaucoup mon rôle de guide qui me permet de sensibiliser les voyageurs de passage au sujet de notre environnement, de cette faune sauvage incroyable que nous devons protéger, des bons comportements à adopter vis à vis des animaux. Il m’arrive aussi de les mettre en garde sur certains tours organisés dans des zoos ou des parcs animaliers où le bien-être animal n’est malheureusement pas toujours respecté. Il faut être prudent dans notre consommation en tant que touriste.

JC LizardQu’est-ce qui te passionne tant chez les paresseux ?
C’est la grande question ! Je ne parviens pas à expliquer pourquoi j’ai ce sentiment de connexion avec eux mais je les trouve passionnants. En apprenant à connaître l’espèce, je m’y suis attachée de plus en plus. Ils ont encore une part de mystère. C’est un animal qui n’intéressait pas grand monde il y a quelques années et les études à leur sujet sont très récentes. Il reste beaucoup d’éléments à comprendre et à découvrir.

Le contact que j’ai avec eux a beaucoup évolué par rapport aux premiers jours. On dirait que je suis des leurs maintenant ! Ils ont ce côté « Pura Vida ! »* qui correspond si bien au Costa Rica mais en réalité ce sont des animaux plutôt stressés. Le moindre changement dans leur environnement peut les perturber. Une voix trop forte, un appareil photo très proche, trop de monde autour d’eux… Tout cela doit absolument leur être évité.

patte paresseuxD’ailleurs, il peut leur arriver de se défendre en griffant et en mordant sérieusement. Au départ je devais les manipuler avec la plus grande précaution puis ils ont pris confiance, jour après jour. Je pense qu’ils ne s’attachent pas autant à moi que je m’attache à eux mais ils me tolèrent à leurs côtés et je leur suis très reconnaissante…

J’ai constaté qu’il y avait surtout des femmes parmi les bénévoles, comment expliques-tu cela ?
Nous avons également des hommes qui sortent avec nos singes en forêt mais c’est vrai que 80% des bénévoles sont des femmes. Sans doute une question de sensibilité, de désir de s’occuper des autres et peut-être un instinct maternel qui nous donne envie de protéger ces animaux fragilisés.

Margay laitTu es végétarienne et tu défends rigoureusement la cause animale, quel message aimerais tu faire passer à ce sujet ?
En tant que guide, j’ai la chance d’avoir un petit public à mon écoute tous les jours. Nos visiteurs sont généralement sensibles à cette cause et ont souvent choisi le Costa Rica pour ses valeurs d’écotourisme. Je me donne la mission de donner envie aux gens de se poser certaines questions après leur visite, sans rien imposer bien entendu (d’ou vient ce que nous consommons? Cette consommation a-t-elle un impact sur un être vivant, sur notre planète ou sur notre santé?…). Si cela permet à une infime partie de la population d’y réfléchir ou de changer certaines de leurs habitudes, c’est déjà une petite victoire pour moi.

jrc-panneau.jpgD’un point de vue plus personnel, que t’aura apporté cette expérience en tant que bénévole ?
J’ai adoré. Se sentir utile pour la faune au sein d’un refuge sérieux, c’est très gratifiant. De nombreux animaux sont remis en liberté chaque semaine, des vies sont sauvées et des visiteurs sensibilisés. Je crois que je ne m’arrêterai pas la avec le bénévolat. Donner de sa personne pour une cause en laquelle on croit, c’est une petite bataille que nous pouvons tous réaliser. C’est extrêmement enrichissant et m’a permis d’apprendre beaucoup de choses en rencontrant des personnes dévouées et passionnées. Le partage des expériences de mes collègues mais aussi des voyageurs que j’ai croisé est quelque chose de précieux que je n’oublierai jamais!

Visiter le Jaguar Rescue Center :

  • Visites : 20 $ (entrée gratuite pour les enfants de moins de 10 ans)
  • Tour privé : 60 $ (entrée comprise)
  • Les revenus des visites sont reversés à la Fondation du centre qui permet son existence

Y faire du volontariat et vivre une expérience inoubliable :

  • 1 mois minimum (3 semaines au Centre à Puerto Viejo, 1 semaine au cœur de la jungle là où les animaux sont remis en liberté)
  • coût de 350$ US par mois
  • avoir de bonnes notions d’espagnol et/ou d’anglais

www.jaguarrescue.foundation

Plage Coclesplage palmier« Pura Vida ! », l’expression à retenir au Costa Rica
N’essayez par de traduire cette expression quotidienne du langage costaricain !

Cette formule détendue et pleine de bonne humeur peut remplacer nos « bonjour », « merci », « bonne chance », « tout va bien » et est utilisée à tout bout de champ à travers le pays. De quoi rendre leur sourire très très contagieux !

Vous aussi, vous êtes tentés par le mode de vie « Pura Vida »? Avant toute chose, prenez contact avec le réseau solidaire « Tout Costa Rica ».

Il s’agit d’une précieuse plate-forme qui vous aide gratuitement dans la préparation de votre voyage, vous informe en français, vous transmet les bons plans et communique avec les voyageurs et les locaux. En passant par leur réseau, faites des économies tant pour la location d’un véhicule que la réservation d’une chambre d’hôtel ou l’inscription à une activité. Sans être une agence de voyage, Tout Costa Rica met tout en œuvre pour que votre séjour se passe pour le mieux.

Foncez, leur site web est une mine d’information : www.toutcostarica.com

Vous avez aimé le Costa Rica? Vous rêvez d’y aller? Venez m’en parler sur ma page Facebook!

RoadDespacio

Publicités

8 réflexions sur “Bénévolat au milieu des Paresseux du Costa Rica, ça vous tente?

  1. hello
    après des années à m’occuper de mes enfants, je suis enfin libre d’aller m’occuper un peu des animaux, rêve que je caresse depuis tellement d’années…..
    J’ai donc fouillé partout sur le net et le JRC me tente plus que tout, surtout après des témoignages comme le tien.
    J’ai quelques questions: est-ce que tu conseilles de passer par une agence européenne qui « encadre » ton projet ou s’adresser directement au JRC? Évidemment, le prix n’est pas le même quand s’ajoutent des intermédiaires (800 euros pour 4 semaines contre 350 dollars) Donc si on peut éviter…..
    J’ai tenté d’envoyer des mails au JRC pour demander la procédure pour poser sa candidature mais ils ne répondent pas.
    Que me conseilles-tu? Tu as pris contact comment avec eux?
    Je suis impatiente de te lire! Merci encore de partager un petit bout de ta vie avec nous.

    Nicole

    • Bonjour Nicole et merci pour ce commentaire!
      Je crois effectivement qu’il vaut mieux passer directement par eux et éviter les intermédiaires.
      C’est curieux qu’ils ne te répondent pas. Essaie peut être via leur page Facebook, ils y sont assez actifs.
      Si tu restes sans réponse fais le moi savoir et je passerai directement par leur vétérinaire.
      Il faut que tu réalises ce rêve, et que tu me tiennes informé 😉
      Merci encore de me lire et à bientôt!

      • un tout grand merci pour ta réponse. Depuis, j ai eu une réponse du JRC et je suis heureuse car je suis acceptée directement sans passer par un intermediaire donc c est nettement moins cher.
        Je pars en juillet donc je te tiendrai au courant.

        encore merci

        Nicole

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s