Encore une bien triste mise à jour sur une de mes publications, rédigée il y a quelques années en Australie…

Suite à la sécheresse la plus grave du pays en 2019, une superficie équivalente à deux fois la superficie de la Belgique serait déjà partie en fumée. De nombreuses localités font également face à une pénurie d’eau.

Dans certaines régions, hommes et animaux sont désormais en concurrence pour accéder à de la nourriture.

D’immenses troupeaux de dromadaires sauvages se déplacent vers l’intérieur du pays pour y trouver de l’eau et des aliments, menaçant les réserves de certains villages et provoquant dégâts matériels et accidents de la route.

Les autorités du nord-ouest de l’Australie Méridionale ont donc pris la décision de faire abattre depuis des hélicoptères 10 000 dromadaires sauvages sur une durée de cinq jours. Il s’agit de la première intervention de ce type dans cet Etat.

Même si ce chiffre qui semble énorme ne représente qu’1% de la population estimée de dromadaires en Australie, elle reflète à nouveau la situation d’urgence dans laquelle se retrouve le pays.

Comme l’explique la suite de l’article, en déplaçant un animal dans un environnement qui n’était pas le sien au départ, l’Homme se retrouve une nouvelle fois confronté à un dérèglement de l’écosystème et tente tant bien que mal de réparer ses erreurs. Lorsque ceci est associé aux conséquences du réchauffement climatique, la situation devient rapidement hors de contrôle : le nombre de dromadaires sauvages connait une croissance de 8% par an et pourrait avoir doublé d’ici 7 ans…

Pour leur venir en aide, vous pouvez soutenir différentes associations : 

La Croix Rouge australienne : https://www.redcross.org.au/news-and-media/news/your-donations-in-action

WIRES, une association de protection de la faune sauvage : https://www.wires.org.au

Le Koala Hospital de Port Macquarie : https://www.koalahospital.org.au/adopt-a-koala

DSC01290

Vous connaissiez l’Australie pour ses kangourous, ses koalas et autres marsupiaux… Mais la faune australienne a plus d’un tour dans sa poche et les surprises sont nombreuses lorsque vous voyagez « Down Under »!
Saviez-vous que l’Australie était le pays possédant le plus grand nombre de dromadaires sauvages?

Road

Dans les années 1840, les anglais ont eu la riche idée (mouais…) d’y importer des dromadaires afin de les aider à explorer l’immense arrière-pays australien. Rien de tel qu’un camélidé pour transporter son matériel lorsqu’on s’aventure sur un territoire aussi aride et désertique que l’outback…

Old

Ce qui n’était pas tout à fait prévu, c’est que quelques années plus tard, ces animaux allaient être rapidement remplacés par d’autres moyens de transport, motorisés cette fois-ci.
Au début du XXe siècle, des milliers de dromadaires ont alors été relâchés dans la nature. Particulièrement bien adaptés au climat australien et n’ayant aucun prédateur, ils n’avaient plus qu’à se reproduire en toute liberté pour mener des jours heureux au pays des kangourous. C’est ce qu’on appelle le phénomène de marronnage, c’est à dire le retour à la vie sauvage d’une espèce domestiquée.

DSC01281

Chouette? Pour les amateurs d’animaux à bosse et pour les touristes en quête d’une balade originale, peut-être.

DSC01309

Mais leur nombre ne cesse d’augmenter et on parle maintenant d’un million de dromadaires sur le territoire australien. Cette population venue d’ailleurs n’est pas sans conséquence sur la faune et la flore locale. Certaines sources revoient ces chiffres à la baisse et les estiment à 300000, mais on imagine bien la difficulté pratique rencontrée lorsqu’il faut compter des dromadaires sur un territoire faisant juste 14 fois la France…

DSC00315
1 dromadaire, 2 dromadaires, 3… euh… 1 dromadaire, 2 dromadaires, …

Ils sont donc désormais considérés comme une nuisance dans certaines régions du pays où leur nombre est trop important, notamment dans le Territoire du Nord. Au-delà de 2 dromadaires par km2, on observe des dégâts sur la flore et les infrastructures. En étant capables de digérer 80% des plantes disponibles, en abîmant les clôtures des agriculteurs ou même en détruisant des toilettes pour obtenir de l’eau, ils ont fini par se faire quelques ennemis parmi les éleveurs et les communautés aborigènes dont les conditions sont souvent précaires.

Signal

Les autorités doivent donc gérer cette situation et essayent de contrôler la population de camélidés sauvages. Des milliers d’animaux ont malheureusement déjà été abattus et des programmes de contrôle sont en cours d’élaboration.

DSC01294

Pour terminer sur une note plus positive et sur de belles images, je vous conseille le film « Tracks » sorti récemment dans les salles.

Tracks3Tracks2

Il est inspiré du livre du même nom de Robyn Davidson, une australienne ayant traversé seule le désert australien en 1977, accompagnée de son chien et de 4 dromadaires domestiqués. Le film retrace son incroyable parcours de 2700 km d’Alice Springs à l’Océan Indien et permet de découvrir les paysages bouleversants de l’outback australien.

Voici la bande-annonce…

Retrouvez Vetcaetera sur Facebook et Twitter!
Follow facebook twitter

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s